• Tour du monde

    Voici quelques poésies trouvées pour le projet "Tour du Monde"

    Le vent a fait le tour du monde (Paul Fort)

    Le vent a fait le tour du monde, a cueilli toutes les
    fleurs de Chine, des roses, des mauves, des blondes, des
    grises. Le jour, la nuit, voici le vent pour tout le monde.

    Le vent a fait le tour du monde, a cueilli toutes les
    feuilles en France, des brunes, des vertes, des bleues, des
    blanches. La nuit, le jour, voici le vent pour tout le monde.

    Le vent a fait le tour du monde, a cueilli tous les fruits
    d'ici, des jaunes, des rouges, des noirs aussi. Ni jour, ni nuit,
    et c'est l'orage pour ceux d'ici.

     

    La ronde autour du monde (Paul Fort)


    Si toutes les filles du monde voulaient s’donner la main,
    Tout autour de la mer elles pourraient faire une ronde.

    Si tous les gars du monde voulaient bien êtr’ marins,
    Ils f’raient avec leurs barques un joli pont sur l’onde.

    Alors on pourrait faire une ronde autour du monde,
    Si tous les gens du monde voulaient s’donner la main.

    La ronde autour du monde (Paul Fort)


    Offrons le globe aux enfants (Nâzim Hikmet)

    Offrons le globe aux enfants, au moins pour une journée.
    Donnons-leur afin qu’ils en jouent comme d’un ballon multicolore,
     
    Offrons le globe aux enfants,
    Donnons-leur comme une pomme énorme,
    Comme une boule de pain toute chaude,
     
    Offrons le globe aux enfants,
    Qu’une journée au moins le globe apprenne la camaraderie,
    Les enfants prendront de nos mains le globe,
     
    Ils y planteront des arbres immortels.
    Qu’une journée au moins ils puissent manger à leur faim.
    Pour qu’ils jouent en chantant parmi les étoiles.

     

    L'école (Maurice Carême ("La flûte au verger"))

    L'école était au bord du monde,
    L'école était au bord du temps.
    Au dedans, c'était plein de rondes ;
    Au dehors, plein de pigeons blancs.
    On y racontait des histoires
    Si merveilleuses qu'aujourd'hui,
    Dès que je commence à y croire,
    Je ne sais plus bien où j'en suis.
    Des fleurs y grimpaient aux fenêtres
    Comme on n'en trouve nulle part,
    Et, dans la cour gonflée de hêtres,
    Il pleuvait de l'or en miroirs.
    Sur les tableaux d'un noir profond,
    Voguaient de grandes majuscules
    Où, de l'aube au soir, nous glissions
    Vers de nouvelles péninsules.
    L'école était au bord du monde,
    L'école était au bord du temps.
    Ah ! que n'y suis-je encor dedans
    Pour voir, au dehors, les colombes.


    En sortant de l'école (Jacques Prévert)

            En sortant de l'école
            nous avons rencontré
            un grand chemin de fer
            qui nous a emmenés
            tout autour de la terre
            dans un wagon doré

            Tout autour de la terre
            nous avons rencontré
            la mer qui se promenait
            avec tous ses coquillages
            ses îles parfumées
            et puis ses beaux naufrages
            et ses saumons fumés

            Au-dessus de la mer
            nous avons rencontré
            la lune et les étoiles
            sur un bateau à voiles
            partant pour le Japon
            et les trois mousquetaires
            des cinq doigts de la main
            tournant ma manivelle
            d'un petit sous-marin
            plongeant au fond des mers
            pour chercher des oursins


            Revenant sur la terre
            nous avons rencontré
            sur la voie de chemin de fer
            une maison qui fuyait
            fuyait tout autour de la Terre
            fuyait tout autour de la mer
            fuyait devant l'hiver
            qui voulait l'attraper

            Mais nous sur notre chemin de fer
            on s'est mis à rouler
            rouler derrière l'hiver
            et on l'a écrasé
            et la maison s'est arrêtée
            et le printemps nous a salués

            C'était lui le garde-barrière
            et il nous a bien remerciés
            et toutes les fleurs de toute la terre
            soudain se sont mises à pousser
            pousser à tort et à travers
            sur la voie du chemin de fer
            qui ne voulait plus avancer
            de peur de les abîmer

            Alors on est revenu à pied
            à pied tout autour de la terre
            à pied tout autour de la mer
            tout autour du soleil
            de la lune et des étoiles
            A pied à cheval en voiture
            et en bateau à voiles.

     

    La maison du monde (Jacques Simonomis)


    Dans la maison du monde
    il y a des enfants avec ou sans parents
    des blancs des noirs des jaunes des rouges
    dans la maison qui bouge.

    Autour rôdent les ennemis
    la faim la soif la maladie
    le chômage et les bombes.

    Il faut lutter pour la beauté du monde.

    Pour toi ton voisin le mien le sien
    pour les enfants qui naîtront demain
    très loin et qui parlent autrement
    dans la maison du monde
    dont nous sommes les grains de sable
    responsables
    blancs noirs jaunes rouges
    dans la maison qui bouge
    autour du soleil commun.



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :